Make your own free website on


Home | Introduction | Gauguin: Maker of Myth | Interior Exile | A Writer's Zone | Archive | Links | Contact | Editions

Frédéric Maintenant

Interior Exile


by Frédéric Maintenant


Translated from the French by Philip Auslander

(scroll down for the original French text)





--> this title refers to the subtitle of my piece Luu Ly for mezzo-soprano and alto flute: two songs for the skylark of the lands of exile preceded by a prelude. Incorporating selections from Duong Thu Huong's novel Myosotis (1996), this work was composed in 2008 for Amelle Orieux (mezzo-soprano) and Jeanne-Marie Savourat (alto flute). It was performed in the gardens of the Château de Padiès   in June of 2008. Since I lived for more than ten years in the United Kingdom and Ireland, Padiès was a bit like a place of lost exile.



the relationship to the body

the relationship to making

the resulting sounds



talking about music, making it

intellectually, physically


rejection, the necessity for a mathematical or musical construction

what is music?

is it self-explanatory?

Why do we make it?


Occasionally, I imagined mathematical sonic representations creating an absolutely coherent complex that recalls the appearance of galactic formations.



which music did I want to make? Was it a question of choosing? Or of making music to listen to because one isn't satisfied with other people's music? If another music perfectly represents what one desires sonically, does one need to suggest a new kind of music? Does it need to be new? I always answer such questions by saying: one should either explore new territory, or just remain quiet!


Others wait. Are they really waiting or are they hoping to plunder (music) in their own good time? The ideal of artistic accomplishment, of intellectual accomplishment: Kant's stopping all other activity to read Rousseau's last work.


Work, method, organization, intentionality. The word returns. Thinking about that which returns, the other within oneself, clarity.


A sonic image returns, of a cloud, glittering clouds; the ideal: the memory of one's sounds frozen over the Gamelan, Nuées d'Airain  [Glittering Clouds of Airain], localized.


-->Nuées d'Airain (2000/2004) is a work for Gamelan. It exists in two versions, both dedicated to Gamelan Kyai Lebdhåjiwå (South Bank Gamelan Player, London). It uses the slendro and pelog scales simultaneously; the title was inspired by a passage from Camus' La Chute [The Fall]. 

To hear Nuées d'Airainplease click above.

Mémoire résonnante [Resonant Memory], keystone, the will to find a system to perpetuate whatever sonic universe one chooses.


Encounters with/exploration of: cognitive sciences, neural networks, Kohonen maps; with spectra, to define categories beyond topology, making use of statistics.


--> Mémoire résonnante (2004) is a work for vibraphone (written for Pierre Lacroix). Its harmonic structure resulted from research into artificial intelligence at the Intelligent Computer Systems Research Group, The Open University, Milton Keynes. The same is true of my other pieces Interstice, Musical Theatre for Flutist and Guitarist, and …; il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son véhicule . . .; Becoming aware of an anomaly, he jumped out of his vehicle without hesitation] for 19 flutists.


To hear Mémoire résonnanteplease click above.

And then there's spontaneity, astonishment at a successful improvisation which happens in front of you, in the moment, as a result of active/collective participation, fixed, examined, recorded in the moment, what one feels, what one expects, adherence of the space of writings, beyond intentional form. Don't forget that writing makes other things possible. The dialectic of the oral and the written; collaboration, resistance.


Roundtrip, transcendence of self. Soudain/Errantes Graminées.


--> Soudain [Sudden] (2000/2001) exists in two versions, one for solo flute (written for Sayana Platonova) and one for flute and jazz ensemble (of which there were several performances by my ensemble Lanquiditors in Bristol). --Errantes Graminées [Wandering Prairie Grasses] is for 6 flutes and soprano saxophone (dedicated to Péter Eötvös, written for Camilla Hoitenga's class at Acanthes 2001, Villeneuve-lez-Avignon); one of the flutes plays a solo (it was Keiko Murakami at the premiere at the Avignon Festival in 2001) taken from Sudden. The harmonies derive from the spectra of notes played on a muted trumpet (as a covert homage to Miles Davis).  

Active listening, listening to others, discovering new worlds: Dufourt, Grisey, Murail, though I'd known about Levinas for a long time. He helps me, supports me; we met a long time ago by means of the record Appel, then in person at IRCAM in 1991, Préfixe , Beethoven's sonatas, the taste of that Coca-Cola as if I were a small child: all of a sudden, I was; I remember La Reine verte [The Green Queen], mysterious sounds, found also in the Beatles, at the end of "Strawberry Fields Forever," the enigmatic return--that's where music emerges; elsewhere, it's just sweetly sung words.


--> Dufourt, Grisey, Murail, Levinas and also Pierre-Yves Artaud made up the ensemble L'Itineraire [The Itinerary] founded in 1973, which originated the idea of "spectral music."

--> Works by Michel Levinas: Appel [Call] for 11 instrumentalists and Préfixe [Prefix] (1991) for ensemble and electronics developed in part at IRCAM. See Michel Levinas, "La Chanson du souffle, une épiphanie du visage" [The Song of the Breath, An Epiphany of the Face].

--> La Reine Verte (1963) is music composed by Pierre Henry for a performance by Maurice Béjjart.



Silence, finding silence and time. Stockhausen: how does the time pass? Nono more than Cage, triadic Cantor dust in Interstice to create silence, reconstruction. Unexpected affinity with Ligeti; the result sounds totally different, but the idea is similar to L'escalier du diable [The Devil's Staircase].


Micro-tonality, Ramification, space cut in half to achieve a better fusion; you have to have at least two things for fusion. In ...;il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son vehicule, flutes replace strings, with Pierre-Yves Artaud at the center. A 440 A 432, also like Jorg Widmann. Thinking about Wilhelm Bruck and Camilla Hoitenga . . . extension of Interstice.


--> Interstice, for flutist and guitarist, musical theater (2002-2003) written for Camilla Hoitenga and Wilhelm Bruck, is based on the poem "Les Immateriaux" [The Immaterial] by Michel Houellebecq. This work was performed in Cologne, at the Alte Feuerwache, in April 2003, directed by Franz-Josef Heumannskämper, at a time when there was everything to fear from the war in Iraq. --> …; il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son véhicule pour 19 flûtistes (2006-2008) written for Pierre-Yves Artaud et L'Orchestre Français de Flûtes [The French Flute Orchestra] directed by Jorge Lisbôa Antunes at the première in Paris in March 2008.

-->   Stockhausen, Karlheinz (1957), " time passes...," Die Reihe #3, English trans. Cornelius Cardew 1959, I learned of this article in 1999, from writing by Christopher K. Koenigsberg:

--> L'escalier du diable (1993) for piano and Ramification (1968) for string orchestra or twelve solo stringed instruments are pieces by Ligeti. For Ramification the strings are tuned differently in two groups. The choice of A 440 or A 432 is personal; it's done in a way that approaches quarter tones or third tones.


--> Pierre-Yves Artaud, Wilhelm Bruck, and Camilla Hoitenga are three of my favorite interpreters.


--> ‪ Jörg Widmann‬ , Echo-Fragments for clarinet and orchestral group (2006). One group is tuned to A 440, the other to A 430.‪ Jörg Widmann‬ is a young German composer and clarinetist who also collaborates with Wilhelm Bruck.


Camilla Hoitenga and Wilhelm Bruck, in Interstice, performed at the Alte Feuerwache, Cologne, April 2003.

To hear a selection from Interstice, please click above.

Space, translation, that's it, translation; in music, one must translate, but is that music? It also emerges at the borders of the imaginary, the outcome of a split thought, the inexpressible feeling of being that precedes knowledge. It is right there in front of us, an object to grasp. Schaeffer's musical objects, Var èse's organized sounds. A social monster, music coalesces within us without our being able to grasp it; it gets away from us and we allow it to escape. It is lost without sharing, and a feeling of guilt emerges: what to do? Stop living? Live only for music? And the others? Although we are guilty we proclaim our innocence.


--> Pierre Schaeffer, Traité des Objets Musicaux [Treatise on Musical Objects]. Edition du Seuil (1966/1977).


--> Hommage à Edgar Varèse [Homage to Edgar Varese] (documentary, directed by Gérard Patris, 1965), from the broadcast Les Grandes Répétitions de Luc Ferrari [Great Performances of Luc Ferrari], produced under Pierre Schaeffer's direction.



We are hauled before the arts court and subjected to the judgment of others. Of what do they accuse us?


"What was your intention: to make or to produce for yourself or for the other or for the other within yourself, an inner listening for yourself or the other?"


Music, total sense of guilt: one has no right to make it. There is a right, there is definition, one is either in one camp or the other, one cannot be everywhere at once, or else there is depreciation: does the composer have the right to play, to improvise, to participate? What is his obligation? To make, to make music? Like the modern artist who puts his body into play, I exceed my score in order to place myself, my body, between the listener and my music, the body felt and shared, the music felt and shared.

--> Since 2008, I have been committed once again to improvised music, notably with the Hansberry-Maintenant-Marzan trio and in a duo with Heddy Boubaker (we performed at the Château de Padiès in August of 2010), and also in improvisatory theatre-dance-music pieces with Gilles Broussaud and Catherine Karako's Zaoum Construction, as well as in performances with visual artists like Jacoba Ignacio, Steve Turpie, Denis Piel, Michel Batlle or Robert Combas.

To hear "Mandi, Cuci, Kakus" by the  Hansberry-Maintenant-Marzan Trio,
please click above.

And the stage? Littered with heterogeneous objects: a horse, a naked body, a war, darkness, bombs falling in the distance making an infernal noise; Pygmalion, carrying his burden, his statue, hopes to see life emerge, transforming his instrument while exploring the past and human geography; all arranged in rows and organized to make the musical moment emerge, to enable the fusion and distribution of fluid and slippery sounds.


The transmigration of souls: the fate of a text chosen first for a chorale that will never happen, then as the theme for solo percussionist and band: Baukis. Baukis is Erinna's childhood friend, the poetess who inspired Grisey's last breaths. Magnificent, shattering poetry. Poems read in English in a book of poems translated from Ancient Greek, a book borrowed from the Bristol Central Library where you can also find the score for Rituel in memoriam Bruno Maderna [Ritual in memory of Bruno Maderna] by Boulez. Maderna, illumination, but how to make such music? The radio, use the radio, experiment with live sound, take a risk at the age of 19: the age at which Baukis died, married, marriage; then Erinna dies of sorrow in her turn, then Grisey. The journey in sounds ends, the emergent sound waves finally run aground against the shoreline.


--> Baukis (1999) for percussion and tape written for Simon Limbrick, composed at the time of the solar eclipse during the summer of 1999.

--> Gérard Grisey, Quatre chants pour franchir le seuil, 3 – La mort de la voix d’après Erinna [Four Songs to Cross the Threshold, 3--The Death of the Voice, after Erinna] (1997-98) for soprano voice and fifteen instruments. Gérard Grisey died in November of 1998 at the time when I came acquainted with Erinna's poetry.

--> Pierre Boulez, Rituel in memoriam Bruno Maderna  (1974-1975) for orchestra in eight groups

To hear Baukisplease click above.

In fact, the desire, the will to find within oneself one's own sounds without hindrance: translating, writing, interpreting, then find the other, the interpreter who can give life to the notes. Mathematics; the spectrum; is it necessary? Yes, it is! and then there's Rousseau, Heidegger, Wehen der Stille, politics, the horrifying forgiveness, the Shoah, the black slaves sacrificed on the altar of jazz in the bordellos of New Orleans; and yet Duke Ellington is an authentic heir to Debussy, as Dufourt says, but do we need masters?  


--> Wehen der Stille (2007-2008), for Guitarrón, three musical theatre actions in homage to Wolf Vostell, composed by Wilhelm Bruck, with excerpts from texts by Martin Heidegger: Aus einen Gespräch von der Sprache [in English: A Dialogue on Language Between a Japanese and an Inquirer](1953-54) which is a dialogue between a Japanese philosopher and a German philosopher. Performed at the Carré d'Art de Nîmes in April 2008.

--> One of my next projects, in September 2011 for the Sixth Lacaune Colloquium on the Holocaust directed by Jacques Fijalkow, has to do with musical performances. My maternal grandmother was imprisoned in 1942 at the camp in Saint-Sulpice-La-Pointe, not far from Lacaune, in the South of France.



December 2010

Born in Paris, Frédéric Maintenant is a composer, music theorist and writer, also a free imporviser, who now lives and works in Paris.



Frédéric Maintenant (dec 2011)



--> ce titre fait référence au sous-titre de ma pièce Luu Ly pour mezzo-soprano et flûte alto: 2 chants pour l'alouette des terres d'exil précédé d’un prélude. Avec des extraits du roman de Duong Thu Huong : Myosotis (1996), cette pièce a été composée en 2008 pour Armelle Orieux (mezzo-soprano) et Jeanne-Marie Savourat (flûte alto). Création dans les jardins du château de Padiès, en juillet 2008. Pour moi qui ait vécu plus de 10 ans au Royaume-Uni et en Irlande, Padiès est un peu comme le lieu d'un exil perdu.






Le rapport au corps

le rapport au faire

le résultat sonore



parler de musique, en faire

intellectuellement, physiquement


rejet, nécessité d'une construction mathématique ou musicale

qu'est-ce que la musique?


Pourquoi en fait-on?


Parfois j'imaginais des représentations mathématiques sonores créant un complexe d'une cohérence absolue, rappelant visuellement des formations galactiques.


Quelle musique voulais-je faire? S'agit-il de choisir? De faire de la musique pour l'écouter parce que l'on n'est pas satisfait de la musique des autres? Et si une autre musique représente parfaitement ce que l'on désire soniquement a-t-on besoin alors de proposer une nouvelle musique? A-t-on besoin qu'elle soit nouvelle? Je répond toujours: il faut explorer des territoires nouveaux, sinon se taire.


Les autres attendent. Attendent-ils vraiment ou espèrent-ils butiner quand bon leur semblera? L'idéal de l'attente artistique, de l'attente intellectuelle: Kant arrêtant toute activité pour lire la dernière oeuvre de Rousseau.


Le travail, la méthode, l'organisation, la nécessité, l'intentionnalité. Le mot revient. Penser à ce qui revient, à l'autre en soi-même, la clarté.


Une image sonore revient, celle d'un nuage, de nuées; l'idéal: le souvenir de ses sons figés au dessus du Gamelan, Nuées d'Airain, localisées.

--> Nuées d'Airain (2000/2004) est une pièce pour Gamelan. Il existe deux versions toutes deux dédiées au Gamelan Kyai Lebdhåjiwå (South bank Gamelan Player, Londres). Les modes Slendro et Pelog sont utilisés simultanément, le titre est inspiré par un extrait de La Chute de Camus.


Mémoire résonnante, clef de voûte, volonté de trouver un système pour continuer quelque soit l'univers sonore choisi.

Rencontre avec les / exploration des: sciences cognitives, réseaux de neurones, cartes de Kohonen; avec les spectres, pour définir des catégories, par de là la topologie, en s'aidant de la statistique.

--> Mémoire résonnante (2004) est une pièce pour vibraphone (écrite pour Pierre Lacroix) dont la structure harmonique est issue d'un travail de recherche en Intelligence Artificielle au Intelligent Computer Systems Research Group, The Open University, Milton Keynes. Il en va de même pour mes deux pièces Interstice, théâtre musical pour 1 flûtiste et 1 guitariste et ...; il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son véhicule, pour 19 flûtistes.


Et puis la spontanéité, l'étonnement face à l'improvisation réussie, celle qui amène devant soit, dans l'instant immédiat, à travers une participation active/collective, dans l'instant figé, scruté, enregistré, ce que l'on ressent, ce que l'on attend, adhérence de l'espace des écritures, au-delà de la forme intentionnelle. Ne pas oublier que l'écriture permet autre chose. Dialectique de l'oral et de l'écrit; collaboration, résistance.



Allé-retour, dépassement de soi, Soudain/Errantes Graminées.

--> Soudain (2000/2001) existe en deux versions, une pour flûte solo (écrite pour Sayana Platonova) et une pour flûte et ensemble Jazz (plusieurs performances avec mon ensemble Lanquiditors à Bristol).

--> Errantes Graminées est pour 6 flûtes et un saxophone soprano (dédiée à Péter Eötvös, écrite pour la classe de Camilla Hoitenga à Acanthes 2001, Villeneuve-lez-Avignon), une des flûtes joue un solo (Keiko Murakami, lors de la première, Festival d'Avignon 2001) qui est extrait de Soudain, les harmonies sont issues de spectres de notes émises par une trompette avec sourdine (hommage caché à Miles Davis).


L'écoute active, l'écoute des autres, découvrir de nouveaux monde, Dufourt, Grisey, Murail alors que Lévinas m'est familier depuis longtemps. Il m'aide, me supporte, nous nous sommes rencontré il y a longtemps par le disque, Appel, puis en chair à l'ircam en 1991, Préfixe, Les sonates de Beethoven, le goût de ce coca-cola comme si j'étais un petit enfant: tout d'un coup je l'étais, je me souviens de La Reine Verte, les mystères des sons, aussi dans les Beatles, à la fin de Strawberry Field Forever, ce retour énigmatique, là la musique naît, sinon il ne s'agit que de paroles chantées édulcorées.

--> Dufourt, Grisey, Murail, Lévinas ainsi que Pierre-Yves Artaud faisait partie de l'ensemble L'Itinéraire fondé en 1973 et à l'origine du concept de "musique spectrale".

--> Pièces de Michael Levinas: Appel   pour 11 instrumentistes (1974), et Préfixe(1991) pour ensemble et électronique conçue en partie à l'Ircam.

ref. Texte de Michael Levinas, La Chanson du souffle, une épiphanie du visage

--> La Reine Verte (1963) est une musique de Pierre Henry pour un spectacle de Maurice Béjart.


Le silence, trouver le silence, le temps. Stockhausen: comment le temps passe?Nono, plus que Cage, le triadique de Cantor dans Interstice pour amener le silence, la reconstruction. Affinité inattendue avec Ligeti, résultat sonore totalement différent mais idée similaire à L'escalier du diable.


La micro-tonalité, Ramification, l'espace coupé en deux pour une meilleure fusion; pour la fusion, il faut être deux, au moins. ...; il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son véhicule, les flutes remplacent les cordes, Pierre-Yves Artaud au centre. A 440 A 432, comme ‪ Jörg Widmann‬ aussi. En pensant à Wilhelm Bruck et à Camilla Hoitenga… extension d'Interstice.

--> Interstice, pour 1 flûtiste et 1 guitariste, théâtre musical (2002-2003) écrite pour Camilla Hoitenga et Wilhelm Bruck est basée sur le poème Les Immatériaux de Michel Houellebecq. Cette pièce a été créée à Cologne, au Alte Feuerwache, en avril 2003, dans une mise-en-scène de Franz-Josef Heumannskämper, au moment où tout était à craindre de la guerre en Irak.

--> …; il se rendit compte d'une anomalie et, sans attendre, sauta hors de son véhicule


...; pour 19 flûtistes (2006-2008) écrite pour Pierre-Yves Artaud et L'Orchestre Français de Flûtes dirigés par Jorge Lisbôa Antunes lors de la première à Paris en mars 2008.


--> Stockhausen, Karlheinz (1957), " time passes...", Die Reihe #3, English trans. Cornelius Cardew 1959, article dont j'ai eu la connaissance, en 1999, à travers l'écrit de Christopher K. Koenigsberg:

--> L'escalier du diable (1993) pour piano et Ramification (1968) pour orchestre à cordes ou douze cordes solo sont des pièces de Ligeti. Dans Ramification les cordes sont accordées différemment en deux groupes. Le choix du A 440 et A 432 est personnel, il est fait de façon à approcher les quarts de ton et les tiers de ton.

--> Pierre-Yves Artaud, Wilhelm Bruck et Camilla Hoitenga sont trois de mes interprètes préférés

--> ‪ Jörg Widmann‬ , Echo-Fragments for clarinet and orchestral group (2006). Un groupe est accordé à A 440 l'autre à A 430. ‪ Jörg Widmann‬ est un jeune compositeur et clarinettiste allemand collaborant aussi avec Wilhelm Bruck.


L'espace, traduire, c'est cela traduire, en musique il faut traduire, mais est-ce la musique? Elle émerge aussi au frontière de l'imaginaire, aboutissement d'une pensée qui se délite, inexprimable ressenti de l'être, précédant ce que l'on sait. Elle est là jeter devant nous, objet à saisir. Objets musicaux de Schaeffer, sons organisés de Varèse.

Monstre social, la musique en nous se fige sans que nous puissions la saisir, elle nous échappe, nous la laissons filer, elle est perdue sans partage, un sentiment de culpabilité émerge: que faire? Arrêter de vivre? Ne vivre que pour elle? Et les autres? Nous sommes coupable et pourtant clamons notre innocence.

--> Pierre Schaeffer, Traité des Objets Musicaux. Edition du Seuil (1966/1977).

---> Hommage à Edgar Varèse (documentaire, réalisation Gérard Patris, 1965), in émission Les Grandes Répétitions de Luc Ferrari, production sous la direction de Pierre Schaeffer.


Nous sommes traduits devant le tribunal des arts, soumis au jugement des autres. Que nous reproche-t-on?


" Quelle était votre intention: celle de faire ou de produire, pour vous ou pour l'autre ou pour l'autre qui est en vous, une écoute intérieur pour vous ou pour l'autre? "


La musique, sentiment total de culpabilité: on n'a pas le droit de faire. Il y a un droit, il y a prescription, on est dans un camp ou dans l'autre, on ne peut pas être partout à la fois, sinon il y a dépréciation: est-ce que le compositeur a le droit de jouer, d'improviser, de participer? Où est son devoir? Faire, faire de la musique? Comme le plasticien moderne qui met son corps en jeu, je dépasse ma partition pour me mettre moi, avec mon corps, entre l'auditeur et ma musique, corps éprouvé, en partage, musique éprouvée, en partage.

--> Depuis 2008, je me suis investi, à nouveau, dans les musiques improvisées notamment avec le trio Hansberry-Maintenant-Marzan et en duo avec Heddy Boubaker (performance au Château de Padiès (août 2010)) , mais aussi dans des expériences d'improvisation théâtre-danse-musique avec Zaoum Construction de Gilles Broussaud et Catherine Karako, ainsi que dans des performances avec des plasticiens tels que Jacoba Ignacio, Steve Turpie, Denis Piel, Michel Batlle ou Robert Combas.


Et la scène? Jonchée d'objets hétéroclites, un cheval, un corps nu, une guerre, le noir, les bombes qui tombent au loin dans un vacarme infernal; et lui poussant son fardeau, sa statue, Pygmalion espérant voir émerger la vie, transformant son instrument en explorant le passé et la géographie humaine; et eux disposés en rangs organisés pour faire émerger l'instant musical, pour favoriser la fusion et diffusion de sons fluides et glissants.


La transmigration des âmes: le hasard du choix d'un texte, d'abord pour un choral qui n'aura pas lieu, puis comme argument d'une pièce pour percussion solo et bande: Baukis. Baukis est l'ami d'enfance d'Erinna, poétesse inspirant les derniers souffles de Grisey. Poésie magnifique, bouleversante. Poèmes lus en anglais dans un livre de poésies traduites de l'ancien grec, livre emprunté à la bibliothèque de Bristol où se trouvait aussi la partition de Rituel in mémoriam Bruno Maderna de Boulez. Maderna, l'illumination, mais comment faire cette musique. La radio, faire de la radio, expérimenter le son en direct, prendre du risque à 19 ans: à l'âge où meurt Baukis, mariée, le mariage; puis de chagrin, à son tour Erinna meurt, et Grisey. Le voyage dans les sons s'achève, les vagues sonores immergeantes s'échouent finalement contre la grève.

-->  Baukis (1999) pour percussion et bande écrit pour Simon Limbrick, composé au moment de l'éclipse solaire de l'été 1999.

--> Gérard Grisey, Quatre chants pour franchir le seuil , 3 – La mort de la voix d’après Erinna (1997-98) pour voix de soprano et quinze instruments. Gérard Grisey meurt en novembre 1998 au moment où je prenais connaissance des poèmes de Erinna.

--> Pierre Boulez, Rituel in memoriam Bruno Maderna (1974-1975) pour orchestre en huit groupes



Et au fond, l'envie, la volonté, de retrouver en soi ses sons sans entraves; traduire, écrire, interpréter, puis trouver l'autre, l'interprète pour donner vie aux notes. Les mathématiques; le spectre; est-ce nécessaire? Oui, il faut! et puis il y a Rousseau, Heidegger, Wehen der Stille, la politique, l'effroyable pardon, la Shoah, les esclaves noirs sacrifiés sur l'autel du Jazz dans des bordels de la Nouvelle-Orléans, et pourtant comme dirait Dufourt, Duke Ellington est un authentique continuateur de Debussy, mais a-t-on besoin de maîtres?


--> Wehen der Stille (2007-2008), pour Guitarrón, 3 actions de théâtre musical en hommage à Wolf Vostell, composées pour Wilhelm Bruck, avec des extraits du texte de Martin Heidegger: Aus einen Gespräch von der Sprache (1953-54) qui est un dialogue entre un philosophe japonais et un philosophe allemand. Création au Carré d'Art de Nîmes en avril 2008.

--> Un de mes prochains projets concerne des créations musicales, en septembre 2011, pour le 6ème colloque de Lacaune sur la Shoah dirigé par Jacques Fijalkow. Ma grand-mère maternelle fut emprisonnée au camp de Saint-Sulpice-La-Pointe en 1942, non loin de Lacaune, dans le sud de la France.

<Previous         Next>